lundi 1 septembre 2008

Relation vaut mieux que diplôme

This blog as moved to masalacism.com. Please update your bookmark.

Ce blog est déménagé sur ce site masalacism.com. Merci de faire la MAJ de votre bookmark.

masalacism.com



Ouais c'est ce qu'on dit ici au Mali. Vous allez me dire c'est partout pareil mais disons qu'ici, c'est encore plus vrai. Chacun pour soi et Dieu pour tous ! Ce qui contraste avec le "ouais, on est ensemble"... Je me méfie toujours de ceux qui me disent ça, on dirait que ce sont eux les plus menteurs de tous. Après ils te racontent des histoires pas possibles sur leur périple en France ou en Côte-d'Ivoire. On les laisse parler, ça passe le temps...


Mais le "on est ensemble" c'est pas tout-à-fait faux, desfois on a l'impression que le cliché "Une Afrique" est réel. A entendre parler les gens, les voyages, la famille, le cousinage... on dirait que l'Afrique est un grand pays avec plusieurs grandes villes, seulement, les frontières imposées par la colonisation sont venus foutre le bordel. Ou bien ? Ou bien comment c'était avant, est-ce qu'il y'avait la guerre entre frères et soeurs de couleur ? Comment les Ivoiriens en sont venus à dire que la Côte-d'Ivoire était la terre de Dieu et chassé leurs frères bambaras non-ivoirien ? Et maintenant comment tout ça va se transformer avec l'arrivée de la Chine sur le continent ? A voir la quantité d'ambassadeurs qui passent chez ATT, il doit bien y avoir une raison, et c'est pas seulement pour la charité...

Sur la photo, c'est l'avenir du Mali, "Petit Mo", Mohamedi Kanté, 1er fils de Fanta, la 1ère
fille de Bintou Kanté chez qui on loge. Petit Mo aussi appelé "vilain garçon", passe ses journées à tourner autour de la maison et délimiter son territoire à coup de pisse et de cris. A Bamako y'a pas de cadeaux et faut apprendre à faire sa place vite sinon t'es cuit. A moins de connaître quelqu'un quelque part qui peut, peut-être...

1 commentaire:

chatnoir a dit...

hum...ca fait mal ton descriptif. nous avons tous du boulot a faire. mais bon je trouve que nous attardons un peu trop aux causes.