vendredi 1 juin 2007

Gente Boa

This blog as moved to masalacism.com. Please update your bookmark.

Ce blog est déménagé sur ce site masalacism.com. Merci de faire la MAJ de votre bookmark.

masalacism.com



The famous Ladeira de Santa Teresa

(for english, click the read the complete article link at the bottom)

Bon, comment commencer tout ça ? J'imagine par quelque chose du genre: je suis présentement au Brésil, à Rio de Janeiro, avec mon amour, Yasmine. Nous sommes arrivés vendredi dernier et après avoir dormi dans un hotel à Catete pendant 5 jours, nous sommes finalement installés dans l'appartement que nous sous-louons, près d'Ipanema.

C'est ma 2e fois au Brésil et pour Yasmine la 1ère. Pour ceux qui suivent Masala depuis un bout, vous vous rappelez sûrement l'époque de "Super Carnaval", une émission 100% musique brésilienne que je faisais avec mon ami Alex au retour de mon premier voyage là-bas.

Cette fois-ci c'est un peu différent. Nous n'allons rester qu'à Rio ou presque pour les 2 mois, je dois continuer à travailler sur les webradios de CKOI, enregistrer Masala sur CISM et surtout ouvrir grands les oreilles et les yeux, prendre des notes, faire mes devoirs parce que je veux apprendre et entrer plus profond dans la culture Carioca, et partager cette passion avec Yasmine. Nous avons des projets en branle avec des organismes miraculeux comme Nos Do Morro et AfroReggae dont je vous parlerai dans d'autres posts.

D'ailleurs parlant de posts, il y a tellement de choses qui se passent depuis notre arrivée que c'est un peu difficile à résumer comme ça sur le coin de la table. Aussi, je ne peux pas parler par exemple des favelas avec objectivité parce qu'il y a 800 favelas dans le grand Rio et que chacune est différente, chacune a son code, ... et il va de soit que je ne peux pas visiter ces 800 favelas. Oui elles ont un fonctionnement similaire mais tout dépand de quel commandement est en place, de leur situation géographique, ...

Il faut d'abord savoir que la drogue, la violence et "l'image occidentale" représentent seulement 5% de la favela et même moins. Les 95% qui restent sont d'honnêtes et simples travailleurs ou étudiants et non ils n'aiment pas nécessairement le baile funk et tirer du fusil.

Ensuite, il y a la Zone Sud, la Zone Nord et la Zone Ouest. On pourrait dire que Rio à elle seule représente le portrait mondial de la répartition des richesses soit 20% concentré dans les mains des riches et les 80% qui restent dans les mains des pauvres. Quand on regarde la map du grand Rio, la Zone Sud (avec Barra) ou se trouve la richesse est minuscule. Le reste, à l'ouest et au nord du Parque Nacional da Tijuca, c'est les banlieues ou résident la classe moyenne plus pauvre et les pauvres. Très très pauvres... C'est un cliché de dire que Rio est la ville des contrastes et des extrêmes mais oui c'est ça. Les très très riches qui côtoient les très très pauvres et entre les deux bien des gens comme vous et moi. C'est aussi simple que ça et tout le monde deal avec ça ici. Les favelas, on vit avec. Ça fait partie de nous, "Eu Sou Favela"...

Il va s'en dire que les favelas de la Zone Sud sont plus calmes que celles de la Zone Nord mais jamais rien n'est sûr ici et il peut arriver des bad lucks ou des petites frictions, tout dépandant des stratégies des trafiquants, de la police et des milices et de plein d'autres facteurs physiques et temporels du genre chaleur, carnaval, tourisme, ... Bon, je délire un peu mais tout ça pour dire qu'en ce moment c'est plutôt tranquille, il fait froid et la saison chaude du carnaval est terminée depuis 3 mois.

Mais je me rapelle qu'à mon dernier voyage ici de janvier à avril 2004, nous étions allés rendre visite à notre ami Gustavo qui habite à Vidigal, la favela la plus trendy de Rio, tout près du Sheraton et de Leblon, un quartier très chic. Quelques semaines après notre arrivée, la guerre sanglante entre Rocinha et Vidigal a commencé et comme Gustavo le rapporte, ce fut une année et demie terrible ou 10 à 15 personnes mourraient chaque jour. Et je n'ai pas pu remettre les pieds dans Vidigal jusqu'à lundi dernier.

Est-ce que c'est le temps d'utiliser l'option read the complete article ? Après la pause, ils risquent leur vie dans une favela de Rio de Janeiro... ;Ça me fait penser à une conversation que nous avons eu avec Alex de Vitoria dans un party sympa à Leme samedi dernier. Ils nous parlaient d'un gars qui était venu à Rio pour voir et sentir la violence (?!) Et Alex lui a tout simplement répondu : "Prends la rue ici, tourne à gauche et marche 15min". C'est l'humour brésilien.

Cette conversation a dérivé sur la violence au Brésil et Arcade Fire (...), et Alex de nous expliquer que les brésiliens avaient une tradition concernant les shows d'artistes venant d'ailleurs. Ils se doivent de les accueillir avec une telle énergie que pour le band, ce soit le meilleur show de leur vie ! Et il paraît qu'après leur show ici, Arcade Fire ont posté une seule phrase: "Merci Brésil" (notez que leur 2 albums n'étaient même pas disponible ici et que tout le monde connaissait les paroles par coeur...).

Alors voilà, merci Brésil, merci Rio, merci Vidigal, vocês ta gente boa, o mais boa que eu conhece!

**

So I felt bad not to translate it and I think my boss would be mad at me if I not so let's go quick.

I'm in Brasil with my love, Yasmine, in Rio de Janeiro, living near Ipanema. I'm staying here 2 months, it's my second time here and first for Yasmine. We are here since last friday and lots of things goin' on already, it's hard to resume just like that. I wish I was Wayne but I'm not. And plus, I have to work double time for you bitches!

So, I just wanted to say with this post that I'm very glad to be here, I enjoying all minutes of it and people here are very nice. Very very nice. We met a lot of people already, take time to talk (yeah it's fun to talk sometimes you know...), enjoying the sun when it shows, the food, the beer, jogging, girls (i should not say that...), well the simple carioca life I guess.

I'm still working on the CKOI webradios and the CISM Masala show while I'm here. But the most important it's the project we have with Nos Do Morro and maybe AfroReggae. I'll keep you update on this as soon as possible but, but... I'm on the learning and listen mode so maybe I will not be so constant on blogging and I will certainely not using this to promote the blog. If you read this becuz you google Ubuntu, Daddy Yankee or even Favela (...), well that's cool. But don't expect some sensationnal infos on children dying and drug war in the favelas.

While getting on this, I just wanted to say: FUCK THAT FAVELA BULLSHIT ! The most part of the favelas are simple workers and students like you and me. They eat, shit and fuck like everyone, they have children, a life, hopes, dreams, sadness, joy,... 3% are drug dealers or involve in the criminal gangs. 3 fucking %. So stop it please.

"A favela não é um jardim zoológico, nós não somos bichos e nem pobres coitados.
Somos seres humanos e precisamos de acesso à informação e oportunidades de vida."

-Luciano Vidigal, movie director, Nos Do Morro group, favelité

in english para voces...
"Favela is not a zoo, we are no beast, poor and sad people. We are humans and we need to have acces to information and the opportunities of life"

Yeah so that's it, like Alex said at the party in Leme last saturday, if you're here to see the violence, "take this street and go north..."

Obrigado Brasil, obrigado Rio, obrigado Vidigal, voces tao gente boa, o mais boa que eu conhece !

---> More to come on the Nos Do Morro miracle

Aucun commentaire: